Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Que Cherchez-Vous ?

Nous nous désavouons de toutes les publicités que vous pouvez voir sur le blog, ceci est imposé par l'hébergeur.  Nous allons essayer de règler le problème au plus vite biidnillah. En attendant, nous vous invitons à télécharger un bloqueur de pub selon votre navigateur : 

 

Pour Internet Explorer : AdblockIE / Pour FireFoxAdblock Plus  

Pour Google chrome : Abdlock Plus / Pour Opéra Abdlock Plus

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 20:11

487611_518343601535891_512550470_n---Copie.jpg

icone_audio.gifEcouter le Cheikh

 

Question :

 

Une questionneuse d'Algérie dit que son mari est un homme salafi, mais il est très paresseux dans les œuvres et les adorations, en plus de cela il la décourage dans l'étude de la science religieuse, se moque d'elle, de son ambition et de ses tentatives de progression dans la religion et la science. Elle espère un conseil de votre part pour lui, peut-être qu'Allah le guidera.

 

Réponse :

 

Premièrement, il n'est pas étrange qu'une femme soit pieuse et que son mari soit paresseux et négligent dans sa religion, ce n'est pas une chose étrange, il est possible que ça arrive, mais ce n'est pas fréquent. Car Allah a donné aux hommes autorité sur les femmes, il lui est donc obligatoire de s'occuper de la religion avant de s'occuper de la vie des corps.

 

Deuxièmement, nous félicitons cette femme, car elle va se présenter devant Allah seule avec ses œuvres, elle doit donc multiplier les obéissances, multiplier la continuité dans les adorations, et Allah lui décuplera ses bonnes actions. 

 

Conseille ton mari, conseille-le selon la science dont tu as connaissance. Rappelle-lui Allah ainsi que la rencontre d'Allah. Et peut-être que par la force d'Allah et Sa puissance les efforts lui viendront, il aura des regrets et passera  d'une mauvaise situation à une bonne situation puis à une situation encore meilleure. 

 

Mais s'il en arrive à délaisser la prière et à se moquer de la religion alors il n'est pas possible qu'il soit son mari, en aucun cas. Elle ne doit pas patienter dans cette situation, soit il se conforme à la législation comme Allah lui a ordonné, soit elle se sépare de lui, et peut-être qu'Allah le lui remplacera par mieux dans la vie d'ici-bas, le barzakh et l'au-delà.

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali

copié de forum.daralhadith-sh.com 

Tiré de 3ilm.char3i.over-blog.com

 

  http://lecouple.enislam.over-blog.com/

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 18:23

[000458]

 

Question :

 

Cette auditrice, Umm Abd Ar-Rahmân dit : Je demande au noble shaykh de bien vouloir répondre à ma question : 

 

Je suis mariée depuis vingt ans et depuis dix ans mon mari s’est attaché à sa religion, et son comportement vis-à-vis de moi et de mes enfants a changé. Il m’a interdit de rendre visite aux voisins, proches et à la famille. Il donne comme preuve de cela, la Parole d’Allah (traduction rapprochée) « Et restez dans vos foyers ». Je me suis plié à son avis, mais en contrepartie nous n’avons trouvé aucune compensation comme bon comportement, promenades, visite de la famille et des proches.  Son comportement dur m’a amené moi et mes enfants à le détester.

 

Quel est votre conseil, pour moi et ce père qui dit : « je vous guide vers ce qui est juste », est-ce que cela est juste ? Répondez-moi, qu’Allah vous récompense par un bien.

 

Réponse  :

 

Je dis à cet époux, si ce que cette femme a dit de lui est vrai, qu’Allah bénisse son attachement à la religion, qu’Il renforce ses pas et le guide vers l’attachement à la religion d’Allah.

 

Je lui dis également : fait partie de l’attachement à la religion que l’homme soit bon avec sa famille, qu’il leur facilite les choses et ne leur rende pas la situation difficile.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Le meilleure d’entre vous est le meilleur avec son épouse, et je suis le meilleure d’entre vous en cela. »

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a déjà fait la course avec ‘Aishah, il lui permettait de rester derrière lui afin de regarder les abyssiniens montrer leur dextérité à l’épée dans la mosquée.

 

Nul doute qu’accorder à sa famille ce qui va les réjouir, d’une manière qui ne s’oppose pas à la religion, fait partie du bien.

 

Je conseille donc à ce frère attaché à sa religion d’être doux et accessible avec sa famille, et qu’il ne leur interdise pas une chose qui peut amener un ressentiment, surtout s’il interdit à son épouse de visiter sa famille et ses proches.

 

De cette manière, il lui interdit de maintenir les liens de parenté qui font partie des obligations de la religion.

 

S’il craint une quelconque tentation si elle s’y rend, qu’il y aille avec elle, reste un certain temps puis revienne avec elle.

 

Mais il n’a pas à lui interdire totalement, car cela n’est pas juste, ce n’est pas le bon comportement qu’Allah a ordonné.

 

Quant au fait qu’il prenne pour preuve la Parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

«Et restez dans vos foyers et ne vous exposez pas à la manière des femmes d’avant l’islam.»

 

Il n’y a aucun doute que c’est un verset confirmé, mais  le sens en est que la femme ne doit pas sortir beaucoup.

 

Sinon, il est confirmé que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« N’interdisez pas aux servantes d’Allah de se rendre aux mosquée d’Allah.

Et leurs maisons sont meilleures pour elles. »

 

Il a interdit d’empêcher les femmes de se rendre à la mosquée, et à l’époque du Prophète صلى الله عليه وسلم les femmes se rendaient au marché, mais sans exposer quoi que ce soit de leurs corps et sans qu’il n’y ait aucune tentation.

 

La femme ne doit pas sortir parfumée ou embellie. 

 

Quant à l’épouse, je lui conseille de patienter et d’espérer en la récompense d’Allah, d’attendre qu’Allah soulage sa peine, afin qu’Allah guide son époux vers ce qui contient le bien et la rectitude pour elle et pour lui.

 

Cette question amène donc deux réponses :


BUL023 L’une adressée au mari afin qu’il ne soit pas trop dur sur ces questions, et s’il craint une tentation, qu’il mette en œuvre les moyens d’empêcher ces tentations.

BUL023 Et l’autre adressée à l’épouse afin qu’elle patiente et espère la récompense d’Allah, et elle peut pour maintenir les liens avec ses voisins et sa famille, leur téléphoner, si elle dispose d’un téléphone à la maison.

       

icone_video.gif Télécharger la vidéo

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Copié de 3ilm.char3i.over-blog.com
Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 13:09

tumblr lmc4nk6O3b1qkwmgko1 1280 large

 

Mon conseil à ces hommes est : d'être des hommes dans le vrai sens du terme,

ils doivent se contrôler et ne pas céder à la colère.

Un homme dit au Prophète, paix et bénédictions soient sur lui:

 

"Conseille-moi."

Il a répondu, paix et bénédictions soient sur lui : "Ne te met pas en colère".

L'homme répéta sa demande plusieurs fois,

et le prophète a continué à dire: "Ne te met pas en colère".

 

Et le remède pour les différends qui surviennent entre les époux n'est pas

que le maril'expulse de la maison et l'envoie chez sa famille,  

cela n'est pas permis, sauf dans des circonstances extrêmes.

 

Au contraire, il est approprié pour lui d'être amoureux de sa femme

et de pardonner ses mauvaises actions (sayi'at).

 

Et le Messager d'Allah, paix et bénédictions soient sur lui : "Ne laissez pas le croyant mépriser la croyante."  (Ne méprisez pas, ce qui signifie ne pas haïr ou détester)  "Ne laissez pas le croyant mépriser la croyante, s'il déteste une de ses caractéristique, il sera heureux avec une autre de ses caractéristiques."

 

Ainsi, il est digne pour l'homme d'être un homme dans le vrai sens du terme. Car :

 

- Qui est celui qui oublie toutes les bonnes actions si une mauvaise action se produit ? 

 

- Qui est celui qui oublie toutes les bonnes actions si un mal le touche ?

 

(La réponse est) La femme !

 

Êtes-vous satisfait de vous rabaisser jusqu'à ce que

vous soyez au niveau d'une femme ?

 

Si vous voyez une mauvaise action de sa part alors vous dites :

"je n'ai jamais vu rien de bon de ta part".

 

Ainsi je conseille à nos frères, s'il survient entre eux et leurs épouses des problèmes, ils doivent rester patient, supporter et faire face à la femme de manière appropriée comme nous avons été conseillés par le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui.

 

Il a dit, paix et bénédictions soient sur lui : "La femme a été créée d’une côte, si tu la redresses, tu la brises et si tu en tires quelque jouissance, tu en jouis alors qu’elle est tordue". C'est ainsi qu'il a été dit par le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui.

 

Et si l'homme obéit à Allah et à Son messager

dans le traitement de sa famille,

Allah remplacera l'animosité et la haine dans son cœur,

 par la compassion et l'amour.

 

Allah l'Exalté dit (traduction rapprochée) :

 

"La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux." (sourate 41 Foussilat - verset 34)

 

Les cœurs sont dans la main d'Allah l'Exalté.

Repousse le mal par ce qui est meilleur, ô croyants !

 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine


icone_video.gif Télécharger la vidéo

 

copié de minhaj sunna

Tiré de 3ilm.char3i.over-blog.com

 

http://Lecouple.enislam.over-blog.com/

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 13:05

le-couple-en-islam.jpg

 

Question :

 

Notre frère a un problème avec sa femme.

 

Il mentionne d'abord qu'il est constamment en conflit avec elle pour des raisons insignifiantes la plus part du temps. Que conseillez-vous à ces deux époux ?

 

Réponse :

 

Nous leur conseillons l'indulgence et la douceur, et encouragement à la vérité et à la patience. L'abandon de la polémique et du divorce. Nous conseillons à tous de coopérer sur le bien et l'encouragement à la vérité et l'abandon des differents.  Nous conseillons à la femme d'écouter et d'obéir à son mari dans ce qui est bon. Nous conseillons le mari avec la patience, la patience et ne pas se précipiter quand il s'agit de divorce, de frapper ou de maudire.

 

Chacun d'entre eux se doit de supporter les méfaits de l'autre et utiliser de la douceur dans toutes leurs affaires.  En raison de la parole du Prophète, que la paix et les bénédictions soient sur lui: «la douceur ne se trouve pas dans une chose sans l'embellir, et elle n'est pas ôtée d'une chose sans la nuire.»

 

Et cet acte est inclus dans la déclaration d'Allah, le Très-Haut (traductions rapprochées) : "Et comportez-vous convenablement envers elles." (4-19) "Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance." (2-228)

 

Par conséquent, les disputes constantes et les conflits entre les conjoints sont des motifs de divorce. De même que de maudire et d'injurier . Donc il est obligatoire sur chacun d'eux de garder leurs langues de ce qu'il ne faut pas, les parties du corps de ce qu'il ne faut pas, de la douceur dans leurs affaires et d'indulgence et de la patience.

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llah Ibn Baz


icone_video.gif Télécharger la vidéo

 

copié de minhaj sunna

Tiré de 3ilm.char3i.over-blog.com

 

http://Lecouple.enislam.over-blog.com/

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 03:47
x_8797d682_large.jpg

 

الدرس : هل يجوز للمرأة أن تطلب الطلاق إذا اكتشفت أنّ زوجها يكلم النساء و يبادلهن الهدايا ويقابلهنّ ؟

 

Question :

 

Qu'Allah vous récompense.

Le questionneur demande :

Est-il permis pour une femme de demander le divorce si elle découvre que son mari a des conversations inappropriées avec (d'autres) femmes et qu'il leur donne des cadeaux et qu'il les rencontre ?

 

Réponse :

 

Tant que son mari prie et qu'il a une croyance ('aqida) correcte (c'est à dire une compréhension basée sur le Coran, la sounnah et la voie des pieux prédécesseurs, et une méthodologie correcte), alors elle doit le conseiller si elle est sûre d'elle (de ce qu'il fait).

 

(Elle doit être certaine) Que la femme ne s'imagine pas celà et qu'elle n'assigne pas son mari de fausses accusations.

 

Alors, si elle est à 100% certaine qu'il communique avec ces femmes par téléphone ou autre, elle doit alors le conseiller.

 

Si il tire profit de ses conseils... c'est ce qui est voulu.


Si il n'en profite pas et qu'il reste dans sa sottise, peut-être ses actions vont le conduire à commettre des obscénités, alors il n'y a aucun problème pour qu'elle lui demande le divorce.

 

Toutefois, il est indispensable de prendre les mesures appropriées, de donner des conseils et de regarder ce qui tiré comme bénéfices de ces conseils.

 

Si il en profite, alors c'est l'intention voulue.

S'il ne le fait pas et continue dans son indécence, elle a le droit de lui demander la séparation parce qu'il n'y a rien de bon en lui ..... na'am.

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali

 

clipart_fleches_0198.pngLien vers l'original en arabe

Copié de 3ilm.char3i.over-blog.com

 

 

http://Lecouple.enislam.over-blog.com/ 

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 02:18

cute-man-boy-oldman_13-copie-1.jpg

 

Question :

 

Une femme déteste son mari, sans pour autant blâmer son côté religieux ni sa morale. Celle-ci lui a remboursé tout ce qu'elle avait pris comme dot.

 

Peut-on contraindre cet homme à divorcer de sa femme

s'il la retient au moment où celle-ci l'abhorre ?

 

Réponse :

 

Si une femme déteste son mari et craint de ne pas respecter les prescriptions d'Allah, le Khul` est permis à ce moment. Il s'agit pour la femme de rembourser ce que l'homme lui a donné comme dot. Ce dernier se sépare d'elle suivant le hadith de la femme de Qays ibn Thâbit qui vint voir le Prophète (Salla Allah `Alaihi wa Sallam) et lui dit :

 

"ô Prophète d'Allah : je ne reproche rien de spécial à Thâbit que ce soit dans la religion ou la morale, mais je redoute la mécréance.


Le Prophète d'Allah (Salla Allah `Alaihi wa Sallam) dit:

"pourras-tu lui rendre son verger?"


- "Oui, répondit-elle".


Elle lui restitua le verger et le Prophète l'enjoignit d'accepter le divorce"


Rapporté par Al-Boukhârî

 

S'il y a conflit entre les deux, il revient au juge légal de les juger.

 

 

(Numéro de la partie: 19, Numéro de la page: 411.412) - La Fatwa numéro ( 8990 )

Comité permanent [des savants] de l'Ifta

 

Tirée de Alifta.net

 

http://lecouple.enislam.over-blog.com/ 

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 18:06

unnamed--11d2f28ea9-975x550.jpg

 

( Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 431)
. .
D `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz au vénérable frère.


Que le salut, la miséricorde et la bénédiction d'Allah soient sur vous. :


J'ai reçu votre lettre datée du (.....) - puisse Allah vous guider - faisant état de ce qui vous

est arrivé quand vous avez voulu passer à l'acte conjugal avec votre nouvelle épouse, de votre

consultation du cheikh et de son avis, de ce qu'a fait votre ancienne épouse pour

vous empêcher de coucher avec la nouvelle

et enfin votre question sur le statut religieux vis-à-vis de cela.

Et la réponse est comme suit :

Si l'ancienne femme reconnaît avoir fait cela, ou que cela soit avéré avec preuves à l'appui,

elle a commis un acte abominable, bien plus, cela relève de l'apostasie,

ce qu'elle a fait est de la magie interdite

Le magicien est un aposta comme dit Allah l'Exalté (traduction relative et raprochée):

{Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Soulayman. Alors que Soulayman n’a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârout et Mârout, à Babylone ; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : «Nous ne sommes rien qu’une tentation: ne sois pas mécréant» ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission d’Allah. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ce pouvoir] n’aura aucune part dans l’au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! }

Ce noble verset indique que la magie est une apostasie et un magicien un aposta ; que les magiciens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable ; que leur dessein est de semer la désunion entre l'homme et son épouse et qu'ils n'auront aucune part (de salut) auprès d'Allah dans l'au-delà.

On rapporte dans un hadith authentique que le Messager d'Allah, dit :  

 

"- Evitez sept péchés graves.


- Lesquels, ô Messager d'Allah ?

 

Il dit : le polythéisme, la magie, le meurtre sauf avec justice, la consommation d'un bien usuraire, la consommation des biens de l'orphelin, se détourner face à la poussée de l'ennemi et la diffamation à l'endroit des femmes mariées innocentes et croyantes."


Quant au cheikh qui t'a donné le remède, il est apparemment magicien comme la femme parce que la magie ne se décrypte que par des magiciens. Il est aussi voyant et les voyants sont, le plus souvent connus, pour leur prétention de connaître l'invisible, or le musulman doit obligatoirement se méfier d'eux et ne pas croire à ce qu'ils prétendent, eu égard au hadith du prophète :"Quiconque se rend chez un voyant et lui demande quelque chose, sa salat ne sera pas exaucée durant quarante nuits" Rapporté par Mouslim dans son Sahîh

Il a dit également : "Celui qui consulte un voyant ou un devin et le croit, nie la Révélation reçue par Mohammad  ". Il t'incombe donc de demander le repentir, de regretter ce que tu viens de faire et informer le président du conseil et le président du tribunal du cheikh et de ton ancienne femme en question afin qu'il soit pris à leur égard une mesure répressive. Si tu te retrouves dans une situation analogue, consulte les juristes qui t'informeront d'une thérapie légale.

Et si tu n'en soufres plus, Louange à Allah ;

Sinon tiens-nous informés et nous t'informerons de la thérapie légale.

Puisse Allah nous enrichir en science religieuse, nous y raffermir et nous épargner de tout ce qui la contredit. Il est le Tout-Généreux.  Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.


Les Fatwas d'Ibn Bâz

Quatrième volume > L’ensorcellement du mari par son épouse

 

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 14:00

Sans-titre-4---Copie.jpg

 

Ecoutez le Cheikh

 

Question : Quel est la différence entre le mauvais œil٫ la sorcellerie et la possession dans les causes٫ les symptômes et la manière de se soigner ? Il a certes été confirmé dans de nombreux hadiths que le Prophète (salla lahu aleihi wassalam) a été ensorcelé. Alors Jibril est venu à  lui et l’a informé que celui qui l’avait ensorcelé était un juif du nom de Labid. Ensuite le Prophète (salla lahu aleihi wassalam) a envoyé un de ces compagnons pour récupérer ce sort. Donc si une personne est éprouvée par un sort٫ comment fait-elle pour savoir si elle est vraiment ensorcelée, qui l’a ensorcelée et à quel endroit se trouve le sort ? En sachant que cela fait partit des choses de l’invisible.


Réponse : Il n’est pas obligatoire que tu connaisses le sorcier, ni l’endroit où se trouve le sort. Si tu sais où se trouve ce sort alors il faut le brûler et le détruire. Et si tu ne sais pas où il se trouve, il te suffit de pratiquer la roqiya (exorcisation légale) sur toi-même, si c’est toi qui ‘es ensorcelé٫ ou alors sur le malade qui est ensorcelé. Il faut faire cela avec constance. Si Allah le guérit, alors toutes les louanges reviennent à Allah٫ et Allah est capable de toutes choses. Et Il a la sagesse dans ce qu’il donne et ce qu’il retient. Et s’il ne le guérit pas, il patiente en espérant la récompense d’Allah. Et qu’il sache que tout le bien et dans ce qu’Allah a choisi pour lui.

Il ne faut pas qu’il pense à se rendre chez un sorcier ou autre pour espérer la guérison. Il ne faut pas non plus qu’il se donne de la peine à interroger le malade ou le jinn : Qui est la personne qui l’a ensorcelé ? Qui est-ce qui a demandé l’ensorcellement ? Où se trouve le sort ? Ou d’autres questions de ce genre, car cela risque d’enfoncer celui qui pratique la roqiya ainsi que le malade et sa famille dans un cercle vicieux.


Comment peux-tu savoir si le jinn te dit la vérité ? Le Prophète (salla lahu aleihi wassalam) a dit à Abou Houreyra (radia llahu anh) : « Il t’a dit la vérité et c’est un grand menteur (kadhoub).» Il a su cela car la révélation descendait sur lui. Mais personne après le Prophète ne peut savoir si ce qu’a dit le jinn est une vérité ou un mensonge٫ et ce même s’il a atteint un grand niveau dans le mérite et dans la science. Et la base chez eux est le mensonge. Comme l’a dit le Prophète (salla lahu aleihi wassalam) : « Il t’a dit la vérité et c’est un grand menteur (kadhoub).»


Kadhoub veut dire qu’il ment énormément. Donc ne t’ouvres pas une porte vers le mal alors que tu peux très bien t’en passer. Mais plutôt soit constant dans la roqiya et Allah te guérira incha Allah.


Et concernant la différence entre la possession, la sorcellerie et le mauvais œil. Ceux qui sont spécialisés dans ce domaine arrivent à faire la distinction. Certains d’entre eux disent qu’on peut faire la différence en lisant les versets spécifiques au mauvais œil٫ à la possession ou à la sorcellerie. On peut savoir cela en regardant l’effet qu’ont ces différents versets sur le malade. Et Allah est plus savant.


Fin de la réponse de Cheikh Abdullah Al Adani

Traduit et publié par daralhadith-sh.com

 

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 02:28

6358df19e79bd6733af9e7ca0dbda8eb.png

 

  Cheikh Mohamed Ali Ferkous ( Qu' Allah le préserve )

 

La question : Quel est le jugement concernant les maris qui désertent leurs épouses et leurs enfants et les laissent sans dépenses ni prise en charge ? 

 

Sachant que cette situation pourrait durer plusieurs années. Et quel est le jugement concernant les maris qui laissent leurs épouses en suspens (ni divorcées ni mariées) et cela dure quelquefois jusqu’à la mort de l’un des conjoints.

 

 

La réponse : Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. 

 

Ceci dit : Les oulémas sont d’accord qu’il est obligatoire aux époux de pourvoir aux dépenses de leurs épouses si elles sont majeures sauf celles qui leur désobéissent, conformément au verset où Allah تعالى dit : 

 

وَعَلَى الْمَوْلُودِ لَهُ رِزْقُهُنَّ وَكِسْوَتُهُنَّ بِالْمَعْرُوفِ﴾ [البقرة : 233].

 

 

Traduction du sens du verset : ﴾Le père de l'enfant est tenu de pourvoir à la nourriture et à l’habillement de la mère d’une manière convenable﴿ [El-Baqara (La Vache): 233].

 

 

Allah عزّ وجلّ dit également: 

 

أَسْكِنُوهُنَّ مِنْ حَيْثُ سَكَنْتُمْ مِنْ وُجْدِكُمْ وَلَا تُضَارُّوهُنَّ لِتُضَيِّقُوا عَلَيْهِنَّ وَإِنْ كُنَّ أُولاَتِ حَمْلٍ فَأَنْفِقُوا عَلَيْهِنَّ حَتَّى يَضَعْنَ حَمْلَهُنَّ﴾ [الطلاق : 6].

 

Traduction du sens du verset :﴾Gardez les femmes répudiées dans vos propres demeures et traitez-les selon vos moyens, mais sans leur nuire en les faisant vivre à l’étroit. Si elles sont enceintes, assurez leur entretien jusqu’à l’accouchement﴿ [ Et-Talâq (Le Divorce) : 6].

 

 

Et Il dit : 

لِيُنْفِقْ ذُو سَعَةٍ مِنْ سَعَتِهِ وَمَنْ قُدِرَ عَلَيْهِ رِزْقُهُ فَلْيُنْفِقْ مِمَّا آتَاهُ اللهُ لاَ يُكَلِّفُ اللهُ نَفْسًا إِلاَّ مَا آتَاهَا﴾ [الطّلاق : 7].

 

Traduction du sens du verset : ﴾Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu'Allah lui a accordé. Allah n'impose à personne que selon ce qu'Il lui a donné﴿ [ Et-Talâq (Le Divorce) : 7].

 

Plusieurs hadiths sont également rapportés à ce propos, parmi eux, le hadith du Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم lors du Pèlerinage d’Adieu : « Soyez bienveillants à l’égard des femmes, car vous les avez prises en tant qu’épouses par un pacte que vous avez conclu au Nom d’Allah, et vous vous permettez d’avoir des rapports avec elles au Nom d’Allah , vous êtes en droit d’exiger qu’elles refusent à ceux qui vous déplaisent l’autorisation d’entrer dans vos demeures. Si elles font cela, frappez-les sans les brutaliser. En revanche, vous devez leur assurer leur nourriture et leur habillement dans la mesure de votre capacité »[1] et dans le hadith rapporté par l’intermédiaire de `Âicha رضي الله عنها à propos de Hind Bint `Outba à laquelle le Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit : « Prends ce qui est convenable et qui suffit à toi et à tes enfants »[2].

 

Sur ce, pour que la pension soit du droit de la femme, il faut que le mariage soit valable, qu’elle permette à son époux d’avoir des rapports avec elle, qu’elle ne refuse pas de se déplacer avec lui là où il veut et qu’il jouisse d’elle. Si l’une des précédentes conditions n’est pas respectée, la dépense ne sera pas obligatoire pour l’époux.


Par conséquent, l’homme doit garder sa femme et la traiter avec égards, sinon il la libère sans lui causer aucun préjudice. Allah عزّ وجلّ dit : 

 

فَإِمْسَاكٌ بِمَعْرُوفٍ أَوْ تَسْرِيحٌ بِإِحْسَانٍ ﴾ [البقرة : 229].

 

 

Traduction du sens du verset : ﴾Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse﴿ [El-Baqara (La Vache) : 229]. 

 

 

En outre, ne pas subvenir à ses dépenses contredit la reprise conformément à la bienséance, et la femme subit un dommage si on ne subvient pas à ses besoins. Allah عزّ وجلّ dit : 

 

وَلا تُمْسِكُوهُنَّ ضِرَارًا لِتَعْتَدُوا﴾ [البقرة : 231].

 

Traduction du sens du verset : ﴾Mais ne les retenez pas pour leur faire du tort﴿ [El-Baqara (La Vache) : 231].

 

Le Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit : « Pas de nuisance, ni à soi-même ni à autrui »[3]. Pour cette raison, il est permis à la femme de demander au juge musulman d’enlever le tort et l’oppression, vu que son mari ne subvient pas à ses besoins étant donné son absence non justifiée, qui, de conséquence, lui porte préjudice. La femme pourrait également demander au juge musulman de se séparer de son époux s’il ne donne pas signe de vie même s’il lui a laissé de quoi dépenser. 

 

Ceci est l’opinion de Mâlik et d’Ahmed رحمهما الله. La femme demande alors la séparation à cause du tort qu’on lui a infligé en raison de l’éloignement de son mari pas en raison de son absence. 

 

De plus, même si les savants ont des opinions divergentes sur la durée dans laquelle on peut dire que la femme subit du tort et se sent en solitude et craint de commettre des interdits, et bien que Mâlik رحمه الله pense que la durée doit être estimée à une année lunaire, en effet, la durée minimale pour qu’il soit permis à la femme de demander la séparation est de six mois, et c’est la durée maximale que la femme pourrait supporter sans la présence de son mari. Ceci est l’avis de `Omar Ibn El-Khattâb et de Hafsa رضي الله عنهما. Il est aussi adopté par Ahmed رحمه الله.

 

Ceci dit, laisser les femmes en suspens et sans leur donner leurs droits est contraire au Livre et à la Sunna quant à l’obligation d’être bienveillant avec les épouses. Allah تعالى dit : 

 

وَعَاشِرُوهُنَّ بِالْمَعْرُوفِ﴾ [النساء: 19].

 

Traduction du sens du verset : ﴾Et comportez-vous convenablement envers elles﴿ [En-Nissâ' (Les Femmes) : 19].

 

 

Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui le mieux ménage son épouse»[4]. Entretenir de bons rapports avec ses femmes requiert de donner à la femme ses droits quant à la dépense et à la jouissance ainsi que d’autres droits. En effet, négliger ces droits aboutit à commettre l’oppression et la nuisance prohibées, ainsi, il est du devoir du juge d’enlever le tort et d’éradiquer l’oppression à la demande de la personne lésée.

 

 

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 26 El-Mouharram 1426 H Correspondant au 7 mars 2005 G. 

 

[1] Rapporté par Mouslim, chapitre du « Hadj » (hadith 3009), par Abou Dâwoûd, chapitre des « Rites » et par Ibn Madjah, chapitre des « Rites », par l’intermédiaire de Djâbir رضي الله عنه. 

 

[2] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Dépenses » (hadith 5364), par Mouslim, chapitre des « Jugements » (hadith 4574), par Abou Dâwoûd, chapitre de la « Rente » (hadith 3534), par En-Nassâ'i, chapitre des « Jugements » (hadith 5437), par Ibn Mâdjah, chapitre des « Commerces » (hadith 2381) et par Ahmed (hadith 248454), par l’intermédiaire de `Âicha رضي الله عنها.

 

[3] Rapporté par Ibn Mâdjah, chapitre des « Jugements » (hadith 2430) et par Ahmed (hadith 23462), par l'intermédiaire de `Oubâda Ibn Es-Sâmit رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans Irwâ' El-Ghalîl (hadith 896). 

 

[4] Rapporté par Et-Tirmidhi, chapitre des « Mérites » (hadith 4269), par Ed-Dârimi (hadith 2315), par El-Bayhaqi (hadith 16117) par l’intermédiaire de `Âicha رضي الله عنها et par Ibn Mâdjah, chapitre du « Mariage » (hadith 2053) par l’intermédiaire d’Ibn `Abbâs رضي الله عنهما. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans Sahîh El-Djâmi` (hadith 3314), Es-Silsila Es-Sahîha (hadith 285) et Âdâb Ez-Zifâf (page 197). 

 

Source : http://www.ferkous.com

 

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 09:54
154854_10150094759394610_650619609_7253456_4495065_n-1-.jpg
BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

 

Quand la femme demande à son mari le divorce sans une raison valable et que le mari refuse cette demande, est-elle de ce fait pécheresse pour cela ou non ?


Si la femme n’a pas de raison valable, le mari n’est pas forcé de répondre à sa demande de divorce, mais il est aussi nécessaire pour lui de chercher les choses qui apporteront l’harmonie et l’amour (dans leur relation), et la débarrasser (cette relation) des choses qui amèneront au divorce.

 

Car il est possible qu’elle est quelques raisons valables. Il est donc nécessaire qu’il prenne en considération cela, car il se peut qu’elle ait des raisons légitimes, soit à cause du mauvais caractère du mari ou de son avarice, ou du fait qu’il reste dehors toute la nuit ou qu’il rentre très tard à la maison, ou encore d’autre raisons similaires.

 

Donc, il lui est obligatoire d’observer ces choses et de craindre Allâh afin qu’il donne à la femme son droit.

 

Quand à elle, il ne lui est pas permis de demander le divorce si ce n’est en présence d’une raison (islamiquement) valable.

 

Comme de ce qui provient du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) qui a dit : « Toute femme qui demande le divorce sans raison valable ne sentira pas le parfum du Paradis » [1]. Ceci est une menace sévère. Donc, il incombe à la femme de vivre avec son époux dans la bonté, la gentillesse, de l’écouter et lui obéir dans ce qui est en conformité avec le Qor’ân et la Sounnah du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam), et de ne pas demander le divorce à son mari si ce n’est pour une raison valable.

 

Et s’il y a une raison valable, alors il n’y a pas de mal à cela. Par exemple : s’il est avare, ce qui va l’empêcher de donner à sa femme les droits qui lui sont dus, ou bien il commet beaucoup de péchés et d’acte de désobéissance, comme prendre de l’alcool ou de la drogue, ou encore il reste dehors toute la nuit, tout le temps, ou il rend la vie de sa femme très limitée (oppressante), ou d’autres raisons que celles-ci qui sont légitimes, alors c’est une excuse qui doit être considérée et honorée.

 

Ou il est possible que se soit du fait que probablement elle déteste vraiment son époux et du fait qu’Allâh n’ait pas placé dans son cœur l’amour pour lui, et elle ne peut donc pas respecter ses devoirs envers lui en conséquence de cette haine qu’elle éprouve pour lui, alors il n’y a pas de mal à ce qu’elle demande de divorce.

 

Ainsi, en retour, elle ne commettra pas de péché en ne lui donnant pas ses droits. Et si elle lui demande le divorce, alors elle devra lui rendre la dot qu’il lui a donnée pour l’épouser et ce qui lui a donné pour préparer le mariage.

 

Et si la raison du divorce est qu’elle le déteste alors on devra lui donner ce qu’il lui a donné comme dot et ce qu’il lui a donné comme cadeaux autre que la dot.

 

Donc, si la raison pour laquelle elle demande le divorce est parce qu’il ne lui donne pas son droit ou s’il est avare envers ses besoins ou s’il reste toute la nuit dehors et qu’il ne rentre à la maison que très tard dans la nuit et qu’il est fatigué, ou qu’il sombre dans l’alcool ou les drogues, alors ces raisons sont des raisons légitimes à sa demande de divorce.

 

Et si le mari refuse, alors elle devra le présenter devant le tribunal musulman afin qu’il puisse analyser cette affaire. Quand à celui qui ne prie pas, il n’est pas permis à la femme de rester avec lui car abandonner la prière est de la mécréance et le refuge est auprès d’Allâh.

 

Car la prière est le pilier qui garde la religion bien droite, donc si le mari abandonne la prière alors cela devient une raison valable pour la femme de refuser d’être avec lui. Et il ne lui est pas permis de rester avec elle, jusqu’à ce qu’il se repente à Allâh de son abandon de la prière. [2]

 

SHeikh ’Abdel-’Azîz Ibn ’Abdullâh Ibn BâZ (rahimahullâh)

[1] Rapporté par Al-Bukhârî

 

[2] Noûr ’ala ad-Darb du SHeikh Ibn BâZ, 3/1809-1810

 

 

Source : http://www.manhajulhaqq.com

 

Repost 0
Published by Le couple en islam - dans Les conflits conjugaux